Developed by JoomVision.com

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON

EGLISE CATHOLIQUE AU GABON EGLISE CATHOLIQUE AU GABON
... Aujourd’hui, au sens spirituel, voyant votre bonne volonté, le successeur de Pierre dit à toute l’Église au Gabon: je ne suis venu t’apporter ni or ni argent.
Mais ne crains pas. Aie confiance. Au nom de Jésus-Christ, lève-toi et marche! Amen !
Pape Jean Paul II, Pèlerinage apostolique au Gabon Libreville, Homélie du 19 février 1982
Jean Paul II

« Lettre ouverte sur le bain spirituel », par Père Guy Marcel Enganabissen, Cssp

PDFImprimerEnvoyer

Les chrétiens d'Afrique, voire d'ailleurs, restent partagés entre leur foi en un Dieu créateur et sauveur et les pratiques considérées comme païennes ou fétichistes par l'Eglise. Une situation qui a suscité une lettre ouverte du Père Guy Marcel Enganabissen, sur le « bain spirituel » effectué chez les « guérisseurs », les dérives observées. En une question lancinante: "Chrétien, qu'as-tu fait de ton baptême"?
« Une cuvette blanche, 1 m ½ de tissu noir, 1 m ½ de tissu blanc, un flacon de poudre de bébé, un flacon d’eau de cologne, 6 œufs de poule du village, 1 jus de fanta, 1 Régab, du vin rouge, 1 flash Négrita, du pain, des bonbons, des boîtes de sardines, de la banane douce, parfum Saint-Michel Archange, encens Saint-Michel Archange, Savon Saint-Michel Archange, huile Saint-Michel Archange ».

Voici la liste que t’a remise le voyant, la voyante que tu es allé(e) consulté(e) sur les conseils d’un parent, d’un ami à qui tu t’es confié(e) parce que tu as des problèmes. Il est aussi fort probable que tu aies demandé(e) l’expertise, le diagnostic de ce spécialiste des causes perdues et vraiment désespérées comme la tienne, qui peut te blâmer de vouloir trouver une solution à ces problèmes qui ternissent ton quotidien ? Personne. Seulement, ce besoin de bien être, si légitime soit-il, me donne l’opportunité de regarder à nouveaux frais ta démarche car, elle est révélatrice de bien de choses dont parfois nous ne soupçonnons même pas l’existence. En regardant ta « fameuse ordonnance » pour le bain spirituel, qui t’a été proposé, afin d’éloigner de toi guigne, infortunes diverses, main percée désormais cousue, retour de la brillance de ton étoile, éloignement des tensions et autres problèmes familiaux, un tsunami de questions surgissent dans mon esprit. Celles-ci appellent des réflexions que je ne peux ne pas partager avec toi. Tu n’as, du reste, aucune obligation d’épouser mon point de vue.

Après une consultation dans un endroit insolite et avec des éléments hétéroclites, le « médecin » t’a proposé, comme thérapie, le bain spirituel : rite de purification. Ce rite vise ton retour en grâce auprès des dieux, pas toujours de Dieu. Te laver de tes impuretés est le but final de cette démarche, seulement, quelle est l’origine de tes impuretés ? (Mc 7, 14-23). Es-tu une victime ou un acteur ? Ces questions permettent de faire la part des choses afin de savoir de quoi il est question dans ta démarche. Discernement, discernement !!! Le bain que l’on te propose répond à un besoin que tu exprimes à savoir : la protection. Ce besoin sécuritaire est si tenace que tu pactiserais avec le Diable pour le satisfaire ; c’est vrai que lorsqu’on se noie, on s’accroche même à la queue du serpent. Seulement, j’aimerais tant te révéler que je ne connaisse pas meilleur protecteur que Jésus-Christ, né de la Vierge Marie, mort sur la croix pour toi et moi et ressuscité, vivant à jamais. Son sang versé sur la croix est d’une puissance infinie et depuis sa résurrection, tous les bains rituels, les bains spirituels sont caduques, surannés, dépassés, sans valeur, c’est désormais de la poudre aux yeux (He 10, 1-18). Au fait, qui est le propriétaire de ta vie ? Comme toi, un homme avait un gros problème, il était lépreux avec toutes les incidences fâcheuses de cet état, il s’est tourné vers Jésus qui a solutionné son problème (Mc 1, 40-45), un officier supérieur avait un problème, il fut aidé par le prophète Elisée (2 R 5, 1-19).

Tes problèmes minent le sens de ta vie et le bain spirituel semble la solution miracle, je ne le pense pas. Je pense que le sens de la vie de celui qui a remis sa vie entre les mains du Christ est orienté par ce dernier, Jésus est la signification et le sens de ma vie (Jn 14, 6). Ces hommes et femmes qui prétendent avoir la clé aux problèmes de ta vie, ont-ils la clé des leurs ? J’ai un brin de doute sur leur « charité si débordante » dont la cible non désignée est ton portefeuille. Mon frère, ma sœur, Jésus guérissait sans demander un seul kopeck sinon la foi du récipiendaire (Mc 2, 5). Je connais la réplique affirmant que l’ouvrier mérite son salaire, mais de quel ouvrier parle-t-on et pour quel salaire ? Quel discours ce « médecin » tient-il sur la croix de Jésus et ses bénéfices ? Quel discours lui tiens-tu sur la croix et ses bénéfices pour toi, lui/elle et l’humanité ?

Les produits de ton « ordonnance » sont un cocktail de composition chimique. Mis ensemble, les réactions chimiques sont accentuées, aussi, t’a-t-on informé sur les effets secondaires de l’usage de ces produits ? Si le bain suppose un contact corporel alors la mixture que tu concoctes aura des répercussions sur ta peau tôt au tard. Demain, quand tu auras des soucis de peau, ce que je ne te souhaite pas, j’ose croire que tu auras l’honnêteté de reconnaître leur origine dans tes multiples cures corporelles et spirituelles sur base des produits chimiques. Drôle de cure ! Le bain spirituel a des effets secondaires dermatologiques et psychologiques. L’absence de la notice de ton « ordonnance » est suspecte, tu ne penses pas ? Quand on est sérieux on donne une notice explicative au patient afin de savoir les tenants et autres aboutissants de la thérapie.

« Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute » dit la fable du Corbeau et du Renard, elle est célèbre celle-là. Ton « médecin » est un charlatan de la pire espèce, un vendeur d’illusions sans vergogne. Les problèmes familiaux sont pour lui un prétexte pour justifier sa consultation et son « ordonnance chimique » « alcoolique », montres-moi une seule famille au monde qui n’oscille pas entre paix et tensions, même Jésus fut traité de malade mental par les siens. Toutes les familles ont des joies et des peines, qu’a-t-il inventées là ? Rien. Il est dangereux parce qu’il exploite la souffrance d’autrui, au lieu de te libérer, il t’embastille avec des paroles et autres rites moyenâgeux. Dans le concert des questions actuelles et brûlantes tant nationales, continentales que mondiales, quelle est sa contribution ? Les problèmes environnementaux ont aussi une coloration spirituelle, n’a-t-il pas perçu cet aspect du problème ? Oui, le Gabon, l’Afrique, le monde ont besoin d’un grand bain, comment peut-il nous aider en sa qualité de plénipotentiaire des dieux ? Quand le destin de la communauté est menacé toutes les compétences sont sollicitées en vue de juguler la crise en question. Quelle est la contribution du bain spirituel face aux problèmes de pauvreté, santé, bonne gouvernance en Afrique ?

Que la consultation se fasse dans la rue comme c’est si souvent le cas où dans un office, la question de la délégation de pouvoir se pose. On sait que le prêtre est mandaté par le Christ pour son apostolat, le médecin est reconnu et mandaté par l’Ordre des Médecins idem pour l’avocat dont répond le Barreau, ton « consultant » qui l’a mandaté nous proposer ses soins ? Je m’étonne comment certaines personnes se laissent berner par des individus se présentant et se prétendant descripteurs de notre passé, présent et futur ; la spiritualité n’est pas du ressort du premier venu encore moins un dépotoir de la stupidité, de la cupidité, de la félonie. Bon sens et compétence sont ici aussi de rigueur.

Ton « ordonnance » aiguise ma curiosité concernant le lieu, l’heure et la fréquence de tes libations. Ce n’est pas anodin si tu dois te laver entre minuit et 1 heure du matin au carrefour et autres intersections quand ce n’est pas à la plage et même en brousse, décrypte le symbolisme et tu feras des découvertes ahurissantes, déconcertantes, attention…tu mets la main dans un engrenage très dangereux. On ne flirte pas impunément avec le monde des esprits, « Si je savais… » Viens toujours très tard, tu le sais autant que moi que qui sème le vent récolte la tempête, le déluge. En réexaminant ton « ordonnance », je me rends compte combien Jésus nous aime et nous veut libre et c’est pourquoi saint Irénée de Lyon dit que la gloire de Dieu, c’est l’homme debout. L’homme libéré de toutes les forces des ténèbres de l’ignorance (Osée 4, 6), ces individus surfent sur nos peurs, immaturités, absence de discernement, fragilités et nous nous faisons avoir comme le corbeau qui perdit son fromage en écoutant la prose louangeuse du renard au pied de l’arbre.

Bain corporel, spirituel, peut importe le qualificatif, ce rite qui a pignon sur rue ici et ailleurs, nous invite à une relecture attentive de notre statut de chrétien, d’enfant de Dieu, de chrétien-africain. Tel est l’enjeu de la nouvelle évangélisation. Chrétien catholique, si friand des bains et autres libations spirituelles, qu’est-ce-que le sacrement de la Réconciliation pour toi? Qu’as-tu fais de ton baptême?

Par Père Guy-Marcel Enganabissen, Cssp.